Nous sommes assises à une petite table derrière le marché de nuit dans le nord de Phnom Penh, sur des tabourets de plastique. Une femme de 60 ans à la peau ridée nous fait face. Elle nous accueille du sourire cordial mais distancé dont les Khmers gratifient les étrangers.