Quand on voit Sokuntevy Oeur, alias Tevy, pour la première fois, on ne la penserait pas khmère, mais plutôt japonaise ou vietnamienne. Après avoir échangé quelques phrases avec l’artiste, cette image change : elle ne cache pas son attachement viscéral pour le Cambodge et en parle à travers ses oeuvres.